DESSINS, PUR-SANG ARABE

PAIRE DE DESSINS

CHEVAUX PUR SANG

19ème siècle

34,5 cm x 31 cm et hors cadre 19,3 cm x 14,4 cm

 

IMG_4611

IMG_4613

 

IMG_5237.jpg

IMG_5239.jpg

IMG_5238.jpg

Veuillez nous contacter.

Le Pur-sang arabe est souvent dit « père de toutes les races » et « améliorateur ». Le sang vif de ce glorieux ancêtre coule dans les veines de presque toutes les races de chevaux légers modernes. L’anglo-arabe et ses nombreuses variantes comme anglo-arabe sarde l’est issu du croisement d’arabes et de Pur-sangs. L’arabe-barbe est un autre croisement très répandu, avec le Barbe. L’ara-appaloosa est, comme son nom l’indique, issu du croisement avec un appaloosa, le quarante avec un quarter horse (croisement qui provoque parfois de l’hypéractivité chez le cheval), l’arabo-lusitanien avec un lusitanien et l’arabe-frison avec un frison. L’arabe-boulonnais est une tentative de relancement de l’élevage des chevaux boulonnais. Les timbaliers de la Garde Républicaine en montent. Il existe aussi l’Haflo arabe né du croisement avec l’Haflinger, l’aralusian issu du croisement avec un pure race espagnole, et l’aratel, avec l’ardennais.

Au 17 ème siècle, quelques étalons sont importés et croisés avec des juments autochtones de Grande-Bretagne. Les produits de ces croisements donnent les chevaux anglais, nommés ensuite Pur-sang. Trois étalons présumés arabes sont particulièrement présents dans la race pur-sang anglais :

  • Darley Arabian, né en 1705, qui a rejoint l’écurie de M. Darley en Angleterre.
  • Godolphin Arabian, né en 1724, offert à Louis XV par le Bey de Tunis. De race barbe, arabe-barbe ou pur-sang arabe.
  • Byerley Turk, importé de Turquie dans les années 1700, a longtemps été présumé arabe mais est maintenant reconnu de race Akhal-Teke ou Turkoman.

MYTHES ET LEGENDES

Les chevaux arabes sont au centre de nombreuses légendes, concernant en particulier les étalons et juments fondateurs.

Un légende raconte comment le prophète de l’Islam, Mahomet, a choisi les juments fondatrices de la race sur leur courage, leur résistance et leur loyauté. Il existe plusieurs variantes mais l’une des plus communes dit qu’après un long et pénible voyage à travers le désert, Mahomet dirigea sa harde de chevaux assoiffés vers une oasis. Tous les animaux se mirent alors à galoper en désordre vers le point d’eau et Mahomet leur donna l’ordre de revenir vers lui. Seules cinq juments répondirent à son appel. Pour les récompenser de leur loyauté, il fit de ces juments ses favorites et les nomma Al Khamsa ar Rasul Allah, ce qui signifie, les cinq du messager de Dieu. Ces juments devinrent les cinq fondatrices des cinq premières lignées du cheval pur-sang arabe. Bien que Al Khamsa soient probablement des chevaux mythiques sans existence réelle, certains éleveurs de pur-sang arabes affirment que les montures modernes des Bédouins descendent de ces juments.

Une autre légende raconte que le roi Salomon possédait une jument pur-sang arabe nommée Safanad (« la pure »), cadeau de la Reine de Saba. Selon Ben Hodeïl dans « La parure des cavaliers et l’insigne des preux » (1365), Salomon aurait donné son célèbre étalon Zâd-er-Râkib (« la provision du cavalier ») aux gens de Banu Azd luand lorsqu’ils vinrent payer leur tribut. Cet étalon légendaire est dit plus rapide que le zèbre et la gazelle, chaque expédition de chasse avec lui était couronnée de succès. Les peuples arabes en font un étalon fondateur de légende.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s