MARIE-ANTOINETTE ET LES ARTS DECORATIFS

cropped-img_34653.jpgcropped-img_34653.jpgcropped-img_34653.jpg

FONTAINE A PARFUMS

PORCELAINE A FOND BLEU TURQUOISE OU CELESTE, DYNASTIE QING, PERIODE QIANLONG (1736 – 1796 )

BRONZE CISELE ET DORE,AGATHE PARIS FIN 18ème DEBUT 19ème SIECLE.

H : 35 x  L : 29 cm.

IMG_5952.jpeg

IMG_5957.jpeg

IMG_5959.jpeg

IMG_5960.jpegGroupe formant fontaine à parfums en porcelaine de Chine bleu turquoise ou céleste d’époque Qianlong (1736-1796) à monture de bronze doré fin 18ème début 19ème siècle. En porcelaine émaillée bleu turquoise, elle se compose de cinq objets en porcelaine de Chine bleu turquoise d’époque Quianlong: un vase transformé en fontaine par l’adjonction d’un robinet, deux lions bouddhiques ( chiens de Fo ) dont l’un repose  sur une boule en agate, une petite cuvette et un plateau. Celui-ci certainement rogné et adapté ,probablement créé  par les marchands merciers Dominique Daguerre ou Jean-Baptiste-Pierre Le Brun ( 1748-1813 )  à l’origine de la création de notre fontaine; le bord en bronze, à décor de congélations et pieds en forme de pattes de lion.

Notre fontaine à parfums doit être replacés dans un contexte de création artistique largement dominé au XVIIIème siècle par les marchands merciers parisiens ( entendez marchands d’objets de luxe ) qui achetaient de précieuses porcelaines et les faisaient monter à leur convenance par des bronziers. Le plus souvent ces porcelaines étaient modifiées, coupées, rognées ou aboutées, afin de pouvoir être adaptées à leur monture.

Le résultat  parfait de la synthèse entre les deux civilisations dominantes des arts décoratifs, la Chine et la France.

IMG_5944.jpeg

LES CHIENS DE FO

Les lions gardiens ou lions gardiens impériaux chinois, traditionnellement appelés en chinois simplement shishī ; littéralement : « lion »), et souvent appelés « lions de Fo » ou « chiens de Fo » en Occident, sont une représentation commune du lion dans la Chine Impériale. Les statues des lions gardiens se situent traditionnellement devant les palais impériaux chinois, les tombes impériales, les bâtiments administratifs, les temples, les résidences des officiels et des classes aisées depuis la dynastie Han (206 avant J-C 220 après J.-C.). On croyait qu’ils étaient dotés de pouvoirs protecteurs.

Les lions sont habituellement représentés par couple, le mâle reposant sa patte sur une boule décorée (qui, dans un contexte impérial, représente la suprématie sur le monde) et d’une femelle retenant un petit lion (représentant l’éducation). Les lions sont toujours représentés en couple, une manifestation du yin (la femelle) et du yang (le mâle). Le mâle a sa patte avant droite sur une boule décorée appelée xiù qiú (绣球), qui est parfois taillée avec un motif géométrique ressemblant à la figure appelée « fleur de vie » dans le mouvement New Age. La femelle est presque identique, mais elle a un petit sous la patte la plus proche du mâle (la gauche), qui représente le cycle de la vie. Symboliquement, la femelle protège ceux qui résident à l’intérieur, tandis que le mâle protège la structure.

Selon le fend shui, il est important de placer correctement les lions pour s’assurer de leur effet bénéfique. Lorsque l’on regarde vers l’extérieur depuis l’entrée d’un bâtiment à garder, c’est-à-dire lorsque l’on regarde dans la même direction que les lions, le mâle est placé à gauche et la femelle à droite.

Contrairement au lion traditionnel occidental qui est une représentation réaliste de l’animal, le lion chinois figure de façon stylisée l’émotion de l’animal. Les griffes, les dents et les yeux du lion chinois représentent le pouvoir. Les muscles sont très peu visibles ou absents.

COLLECTION DE MARIE-ANTOINETTE

Marie-Antoinette possédait une garniture d’objets en porcelaine de Chine bleu turquoise à monture de bronze doré dans le même esprit, cette fontaine est aujourd’hui conservé au musée du Louvre et reproduit dans D. Alcouffe et al., Les bronzes d’ameublement du Louvre, Dijon, 2004.

ensemb10.jpg

Marie-Antoinette plaça cette fontaine à parfum dans le cabinet doré sur l’une des quatre tables à dessus de bois pétrifié. Cet objet associe cinq pièces en porcelaine de Chine à fond bleu turquoise, enrichies d’une monture néoclassique en bronze doré. La fontaine était accompagnée de deux perroquets et d’une paire de vases hexagonaux maintenant conservés au musée du Louvre. L’ensemble comportait également un chat couché en porcelaine bleu céleste, posé sur un coussin en bronze doré qui n’est plus connu depuis 1833.

La fontaine se trouvait au 19ème siècle au palais des Tuileries ou elle ornait en 1833 le cabinet de travail du Duc d’Orléans aux Tuileries avec deus autres ensembles de même porcelaine bleue. Elle gagna ensuite le palais de Saint-Cloud d’ou elle fut versée au musée du Louvre le 8 septembre 1870.

IMG_5921.jpeg
Au musée du Louvre

 

Veuillez nous contacter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s