NUDITE FEMININE, PASCIN.

JULES PASCIN

NU FEMININ

DESSIN A L’ENCRE DE CHINE, CADRE EN BOIS NATUREL ET DORE

SIGNATURE ET CACHET DE L’ATELIER

Hauteur: 18 x 18 cm

 

Julius Mordecai Pincas dit Jules Pascin né le 31 mars 1885 à Vidin en Bulgarie, et mort le 2 juin 1930 à Paris , est un peintre et dessinateur .

IMG_3713

IMG_3711

 

IMG_3719
Signature de l’artiste
IMG_3708
Cachet d’atelier

Pourquoi l’acheter?

-Tout simplement pour donner un peu de chaleur à vore chambre.

-J’ai adorée le trait du dessin et la douceur que dégage le modèle.

 

 

 

Pascin_portrett_foto.jpg
Portrait de Jules Pascin

Issu d’une famille aisée de négociants et de financiers établis à Bucarest en 1892, fils d’un juif espagnol et d’une Italienne, sa famille désapprouve ses activités artistiques. C’est à Bucarest qu’il entretint en 1901, une liaison avec une courtisane, tenancière d’une maison close, ce qui ne manquera pas d’influencer son œuvre.

Il vécut et reçut sa formation à Vienne, Budapest (1902), Berlin, et Munich (1903), avant de venir s’installer à Paris, où il cède à sa famille scandalisée par son mode de vie, il prend le nom de Pascin, anagramme de Pincas. Celui qui fut appelé le « prince de Montparnasse » et le « prince des trois monts, fait partie des peintres de l’école de Paris.

Vivant chichement à Munich en dépit de sa collaboration comme illustrateur au journal satirique allemand Simplissimus, il arrive à Paris le 24 décembre 1905, année où les « Fauves» triomphent au Salon d’Automne Il s’installe au Grand Hôtel des Écoles , rue Delambre. La colonie artistique allemande du Dome et de la rotonde accueillent à bras ouverts « l’inquiétant Pascin».

Influencé d’abord par le fauvisme puis par le cubisme dont il se détourne très vite, il s’affirme comme le dessinateur insatiable des nuits parisiennes dont les mensualités toujours versées par la revue Simplicissimus lui permettent d’être un animateur sans compter. Son ami et compagnon de débauche, le dessinateur Henri Bing le décrit comme « un anarchiste déguisé en dandy ». Il s’affirme n’être que l’admirateur de Boucher et de Fragonard « Pourquoi une femme est-elle considérée comme moins obscène de dos que de face, pourquoi une paire de seins, un nombril, un pubis sont-ils de nos jours encore considérés comme impudiques, d’où vient cette censure, cette hypocrisie ? De la religion ? »…

Veuillez nous contacter pour les renseignements complémentaires Cliquez ici.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s